Warning: Older browsers may experience problems with parts of this site.

UCCO-SACC-CSN intensifie les moyens de pression en réponse aux attaques fédérales

L’évolution de la mobilisation dans les semaines qui ont suivi l’insultante rencontre de négociation du 4 juin avec le Conseil du Trésor se poursuit, malgré un rendez-vous manqué dû à l’inondation qui a frappé Calgary pendant le long week-end de la fête du Canada.

Les membres d’UCCO-SACC-CSN peuvent être fiers du taux de participation de 94 %, lors du port de la casquette le 21 juin. D’un océan à l’autre, nos membres se sont manifestés et ont fait preuve de solidarité devant les efforts que fait le gouvernement conservateur pour diminuer nos conditions de travail et compromettre la sécurité des agent-es correctionnel-les et de la population.

uly 24 2013 Atlantic Region mob image
Région de l’Altantique

 

Des milliers de membres ont mis leur casquette blanche « Protégeons notre avenir » exactement au même moment partout au Canada, défiant les ordres de les enlever jusqu’à ce que notre message ait été bien entendu. Nos membres ont dit clairement que cette ronde de négociations doit protéger nos conditions de travail, notre sécurité, et la sécurité des établissements où nous travaillons.

Cette activité de mobilisation a été un succès spectaculaire, et UCCO-SACC-CSN aura encore besoin du soutien et de la participation de chacun de ses membres pour que notre syndicat atteigne ses objectifs face au gouvernement implacablement anti-syndical actuellement au pouvoir à Ottawa.

Dans la région de l’Atlantique, les membres se sont assurés que le Parti conservateur comprenne bien le message, lors de deux événements de mobilisation qui ont connu un franc succès en face des bureaux de Truro et Amherst du député Scott Armstrong, le 24 juin et le 10 juillet.

D’autres actions sont moins visibles. Le 14 juin, le syndicat a envoyé des lettres aux membres du Parti conservateur du Canada qui ont fait d’importants dons (500 $ ou plus) aux députés du gouvernement siégeant au comité parlementaire qui supervise le Conseil du Trésor.

Dans cette lettre, nous avons parlé des effets secondaires de la récente législation sur la criminalité, de la surpopulation dans les établissements et des coupures dans les programmes de réadaptation pour les détenus. Nous avons respectueusement reconnu les souhaits des donateurs concernant la « sécurité accrue dans les rues et dans les communautés », et nous les partageons. Mais nous avons souligné que les actions gouvernementales produiront exactement le résultat contraire : les criminels deviendront plus endurcis, les établissements plus dangereux et les détenus, une fois remis en liberté dans la communauté, représenteront une plus grave menace pour la population.

Nous avons ensuite incité les donateurs à poser des questions à leurs députés sur cet élément vital du programme du gouvernement, avant d’envisager de donner encore plus d’argent qu’ils ont durement gagné, à un parti qui a perdu de vue le bien de la population. Nous sommes persuadés que plusieurs députés du gouvernement, sans parler du président du Conseil du Trésor du Canada, ont reçu des appels de partisans influents du parti concernant cette lettre.

De plus, la plupart des membres auront déjà remarqué trois autocollants destinés à faire ressortir les attaques contre les agents correctionnels par les négociateurs du Conseil du Trésor, et en particulier, du président du Conseil du Trésor Tony Clement.

Bien que ce ne soit pas dirigé contre le SCC, le syndicat croit qu’il est important de rappeler aux membres la menace croissante à laquelle le gouvernement fédéral nous expose, sans oublier l’importance cruciale de la solidarité de nos membres en ce moment.

On voit que le membership répond à l’appel. Vous avez montré au Conseil du Trésor que les agents correctionnels fédéraux prendront les moyens nécessaires pour défendre leurs demandes de négociation. Le gouvernement en prend note. La semaine dernière, le Conseil du Trésor a fixé une nouvelle rencontre de négociation avec le syndicat le 22 juillet, juste avant les représentations devant la Commission d’intérêt publique, qui doivent avoir lieu le 31 juillet  et le 1er août.

» «