Warning: Older browsers may experience problems with parts of this site.

Les membres du Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO-SACC-CSN) occupent aujourd’hui votre bureau pour les motifs suivants :

Incohérence administrative

L’annonce faite récemment par le gouvernement concernant la fermeture de trois pénitenciers – le pénitencier de Kingston, l’unité régionale de santé mentale (Ontario) et l’établissement Leclerc – contredit l’objectif exprimé publiquement sur « La sécurité des rues et des communautés » et mettra les agents correctionnels en danger :

En augmentant la surpopulation et la double occupation des cellules à un moment où les populations carcérales sont en hausse à cause de la politique de durcissement du gouvernement envers la criminalité;

En abaissant artificiellement les classifications de sécurité pour les détenus dangereux;
En mêlant des populations carcérales incompatibles (par exemple, des membres de groupes criminels organisés);
En dispersant des détenus qui ont de graves problèmes de santé mentale dans des établissements inappropriés;
En manquant à sa mission de réadaptation des délinquants par une réduction de l’accès aux programmes.

Engagements non respectés

Depuis 2006, le gouvernement conservateur a manqué à sa parole envers les agents correctionnels fédéraux sur plusieurs sujets :

En ne respectant pas son engagement d’adopter une Loi sur le prélèvement d’échantillons sanguins pour protéger les victimes d’expositions à des liquides organiques;
En ne respectant pas son engagement de lier leurs salaires et conditions de travail à ceux des agents de la GRC;
En reniant sa signature sur une convention collective entérinée, lorsqu’il a mis en oeuvre une législation qui a pour objet de réduire unilatéralement une augmentation de salaire négociée;
En ne respectant pas son engagement de négocier des améliorations au régime de pensions;
En ne donnant pas aux négociateurs du gouvernement le mandat de renouveler une convention collection qui a expiré il y a deux ans.

Mépris des valeurs démocratiques

Les actions du gouvernement ont enfreint les normes démocratiques à plusieurs titres :

En omettant de consulter les intervenants touchés avant d’implanter des changements de taille dans le Service correctionnel, dont les professionnels de première ligne qui ont la responsabilité d’assurer la sécurité de la population canadienne;
En insistant sur le secret d’une manière inutile et nuisible, une pratique qui est incompatible avec les normes démocratiques;
En refusant de participer au débat de bonne foi.

Nos demandes

Que le gouvernement :

Revienne sur la décision de fermer le pénitencier de Kingston, l’unité régionale de santé mentale et l’établissement Leclerc dans 18 mois, à moins que des établissements de remplacement appropriés soient construits;
Respecte ses engagements envers les agents correctionnels concernant les salaires, les pensions et les conditions de travail;
Adopte une Loi sur le prélèvement d’échantillons sanguins;
Entame des consultations significatives auprès des agents correctionnels concernant l’évolution du Service correctionnel du Canada.

» «