Warning: Older browsers may experience problems with parts of this site.

Montréal, le 14 mai 2012 – Des membres du Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO-SACC-CSN) occupent, ce matin, cinq bureaux de circonscription appartenant à trois ministres fédéraux afin de protester contre des fermetures de pénitencier annoncées et une série d’engagements du parti conservateur non réalisés.

Des agents correctionnels livreront un manifeste qui fait état des plaintes syndicales aux bureaux du ministre de la Sécurité publique, Vic Toews (à Steinbach, Manitoba), du président du Conseil du Trésor (Huntsville, Bracebridge and Parry Sound, Ontario), et du ministre de l’Industrie, Christian Paradis (Thetford Mines, Québec).

Ce manifeste dénonce « l’incohérence » du gouvernement avec son plan d’éliminer de la capacité carcérale pour les détenus classés sécurité maximale, des détenus qui sont membres des groupes de crime organisé, et pour ceux qui souffrent de problèmes sérieux de santé mentale, et ce, au moment où il adopte une série de lois qui accroîtront la population carcérale. Le plan mènera au surpeuplement, causera davantage de violence et mettra à risque les agents correctionnels, le public et les détenus.

UCCO-SACC-CSN dénonce également le fait que, malgré ses six ans au pouvoir, le gouvernement conservateur n’a pas tenu ses engagements face aux agents correctionnels quant aux salaires, le régime de retraite et sur une question importante de santé et de sécurité. La convention collective actuelle du syndicat est échue depuis deux ans et les agents correctionnels s’attendent à ce que les négociateurs du Conseil du Trésor aient un réel mandat afin de renouveler leur contrat de travail.

Enfin, le document fait quatre demandes au gouvernement, soit qu’il :

1. Revienne sur la décision de fermer le pénitencier de Kingston, l’unité régionale de santé mentale et l’établissement Leclerc dans 18 mois, à moins que des établissements de remplacement appropriés soient construits;
2. Respecte ses engagements envers les agents correctionnels concernant les salaires, les pensions et les conditions de travail;
3. Adopte une loi sur le prélèvement d’échantillons sanguins;
4. Entame des consultations significatives auprès des agents correctionnels concernant l’évolution du Service correctionnel du Canada.

« Des erreurs sérieuses ont été commises dans le plan de réduction de dépenses du Service correctionnel, a commenté Pierre Mallette, le président national de UCCO-SACC-CSN. Nous ne croyons pas que les fermetures récemment annoncées feront économiser de l’argent au gouvernement à long terme. Au contraire, ce plan contredit le slogan du gouvernement sur “La sécurité des rues et des communautés” et rendra nos emplois plus dangereux. »

Pour information, Lyle Stewart, Service des communications de la CSN, 514 796-2066.

» «